Marillion F E A R Tour @ Lille, 9 décembre 2016

Marillion, c’était pour moi un groupe qui, en plein pendant la dure période des années 80, s’est dit « Tiens on va faire du prog comme Genesis », avec le charismatique chanteur Fish. 4 albums excellents, tout particulièrement « Misplaced Childhood », puis Fish a décidé de continuer tout seul.
Les membres restants recrutent Steve Hogarth pour le remplacer au chant. Arès quelques années difficiles, se cherchant leur nouveau style, ils parviennent, à la fin des années 90 à une nouvelle reconnaissance, non pas du grand public comme à l’époque de Fish, mais en tant qu’initiateurs du renouveau du rock progressif.

Toujours en marge du système de l’industrie musicale et n’en faisant qu’à leur tête, ils utilisent avant l’heure le crowdfunding et grâce à Internet, fédèrent un public fidèle et passionné.
Pour preuve ce soir : l’Aéronef plein à craquer, sans aucune promo dans les médias…
Et une réelle communion avec le public: Steve Hogarth en tête, plaisantant entre chaque morceau, peu avare en sourire complices, s’excusant pour le Brexit, qualifiant de « fucking wankers » ceux qui se tire une balle dans le pied quand ils sont pas contents… Marillion est devenu très engagé, comme en témoigne la splendide suite des « New Kings » sur leur dernier album « FEAR » pour « Fuck Everything And Run« .
Musicalement c’est irréprochable, même avec « Eldorado » foiré sur les rappels, on leur pardonne la fatigue de la fin de tournée, surtout qu’ils l’ont recommencé en intégralité après un « Ocean Cloud » salvateur.

Je vais peut être m’intéresser de plus près à ce Marillion deuxième époque, même si à la première écoute de « FEAR », la version studio est très loin de la version live, beaucoup plus humaine et donc, émotionnelle…

Setlist:

The Invisible Man
Power
Sounds That Can’t Be Made
Fantastic Place
Living in F E A R
Sugar Mice
The New Kings: I. Fuck Everyone and Run
The New Kings: II. Russia’s Locked Doors
The New Kings: III. A Scary Sky
The New Kings: IV. Why Is Nothing Ever True?
Easter
King
Neverland
Rappels:
El Dorado: I. Long-Shadowed Sun
El Dorado: II. The Gold (foiré)
Ocean Cloud
El Dorado: I. Long-Shadowed Sun
El Dorado: II. The Gold
El Dorado: III. Demolished Lives
El Dorado: IV. F E A R
El Dorado: V. The Grandchildren of Apes

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *