Amadou et Mariam, après avoir joué sur les plus grandes scènes du monde, avoir été accompagnés par Manu Chao, Bertrand Cantat ou même David Gilmour, avoir joué devant Barack Obama, investissent ce soir le Splendid, étonnamment peu rempli.

Mais l’ambiance n’en fut que plus chaleureuse, dans un état d’esprit d’insouciance véhiculée par leur musique: on s’en fout, on danse. Epaulés par un groupe constitué d’un bassiste, un percussionniste, un batteur, un clavier et une choriste, amadou et Mariam ont fait danser et chanter le public lillois qui s’est déplacé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.