Après 2 siècles de reports, les Têtes Raides font enfin la fête avec Ginette pour le public lillois à l’enthousiasme sans failles.

Le public a été patient avant d’enfin retrouver les Têtes Raides, dont le concert a été maintes et maintes fois repoussé. Initialement il s’agissait d’une tournée pour les 30 ans de Ginette, mais  le petit dernier (Bing Bang Boum) est arrivé entre temps, donc c’est parti pour plus de 2 heures de concert dense, humain, émouvant, passionné… tout simplement vivant.

Et on peut dire sans trop se tromper que le public lillois n’est pas étranger à la beauté du spectacle. La communion est sincère, bruyante et festive. Ca danse, même dans les fauteuils roulants, ca chante, comme sur « Gino » où Christian Olivier est obligé d’abandonner le morceau, la foule y mettant tellement de c(h)œur qu’après l’avoir incitée à chanter, le groupe ne pouvait plus reprendre la main.

Christian Olivier est le pilier des Têtes Raides. Quelque part entre Leonard Cohen et Tom Waits, une autre voix de caractère en costume noir et chapeau mais un charisme unique. Chant, textes, accordéon, guitare, pochettes d’album, c’est un artiste touche à tout.
Au violoncelle on retrouve Anne-Gaëlle Bisquay, au clavier Edith Bégout et à la guitare Serge Bégout, à la basse Pascal Olivier tandis qu’à la batterie c’est Jean-Luc Millot. Aux cuivres, c’est Grégoire Simon au saxophone et Pierre Gauthé au trombone… quand il ne joue pas de la guitare.

Le répertoire des Têtes Raides va d’une chanson française on ne peut plus traditionnelle (Ginette), accordéon en avant, à des morceaux plus rock (je voudrais pas crever), en passant par des chansons festives (Latuvu), des poèmes mis en musique (Levez-vous du tombeau) où des ambiance plus calmes (Silence)

Pendant le « Silence » justement, Christian Olivier aura l’intelligence de jouer une note d’une minute en hommage à la population ukrainienne sous les bombes russes.

Les Têtes Raides est un groupe engagé, ce n’est pas nouveau, et c’est avec émotion que Christian remerciera le public d’être venu, dans un contexte difficile pour le monde du spectacle après 2 ans d’annulation, de reports, de remboursements… le public peine a revivre la musique en live.

« Il faut de toutes les manières que la culture retrouve ses droits »

Le concert se termine de la plus belles des manière avec Ginette dont la mise en scène magnifie le morceau : un simple plafonnier au dessus de Christian à l’accordéon, plafonnier que Christian lance vers le public, oscillant d’avant en arrière. C’est tellement beau que « St Vincent », mon morceau préféré qui vient enfin en rappel, avec encore et toujours le public qui chante avec Christian

Les Têtes Raides à Lille : la setlist

En avant
Je
Zigo
Fulgurance
Je voudrais pas crever
Le frisson
La liberté
Journal
Gino
Haut les mains
Abcédaire
Dam dam
Are You Ready?
Georgia
Fragile
Des silences
Latuvu
Levez-vous du tombeau
Critik
Face à face
L’oraison
Bas quartiers
Ginette

Rappel:
Je ne veux pas
L’iditenté
St Vincent
Emily

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.