Grand Corps Malade @ Roubaix 19 décembre 2018

Grand Corps Malade fait la tournée de son dernier album, Plan B. Le Colisée de Roubaix a très vite été complet pour la plus belle plume du paysage musical français.

Si bien que…je n’ai pas eu de place. Donc je vais innover : cette fois, je fais les photos, grâce à l’accréditation obtenue par l’intermédiaire de Caroline (merci Caroline !), dans le superbe Colisée de Roubaix, et en mars, j’ai ma place pour le concert au Théâtre Sébastopol cette fois, donc je pourrai en parler plus longuement.
Ca ressemnle à un plan B cette histoire non ?

Le Colisée est rempli à ras bord, des habitués, des familles, des enfants avec leur parents, des grands parents avec leur petits enfants, des jeunes, des moins jeunes, c’est beau de voir la musique rassembler en un endroit des gens d’horizons si différents. Fabien – alias Grand Corps Malade pour ceux qui ne suivent pas – ne manquera pas de le faire remarquer à l’issue du second morceau, se faisant la réflexion qu’aujourd’hui, dans la région, au travail, pas mal de gens ont dit « tiens ce soir je vais voir Grand Corps Malade en concert », et se sont tous retrouvés là. C’est magique.

J’ai découvert Grands Corps Malade lors de son précédent passage au Théâtre Sébastopol. Je n’y connaissais pas grand chose, son album de duos (dont celui avec Thiéfaine) « Il nous restera ça » venait de sortir. Mais j’avais une accréditation photo, donc auatnt tenter. J’avais été marqué par l’entrée sur scène de Fabien,, salué d’emblée par une standing ovation, je n’avais jamais vu ça. Et quand on mesure l’ambiance d’un concert de Grand Corps Malade, comme ce soir au Colisée, on comprends pourquoi : ce sont des concerts avec plus de 1000 personnes, mais chaleureux comme si on était une dizaine à une terrasse de café.

Le concert début forcément avec « Plan B », que j’ai trouvé re-orchestré pour la scène, plus punchy. Grands corps malade a beaucoup de choses à raconter ce soir, il enchaîne sur « 1000 vies », puis avec la complicité de son batteur qui passe au djembé, « je dors sur mes deux oreilles ».

Pour la suite, eh bien je me réserve la surprise en mars prochain, il faut dire que j’avais deux petits garçons qui attendaient leur papa à la maison…

En attendant le compte rendu du concert en mars voici quelques photos !

Encore merci à Caroline pour ton implication, au plaisir !

Et vous ? Vous en pensez quoi ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.