Asaf Avidan @ l’Aéronef, 6 novembre 2017

Asaf Avidan est de retour avec un nouvel album « Study On Falling », sorti il y a quelques jours. Avec un nouveau groupe il vient nous le présenter sur la scène de l’Aéronef, deux ans après son dernier passage.

La première partie est assurée par Pomme, tout simplement, une jeune chanteuse française, un timbre de femme enfant, une guitare, un set très court mais très sympa.

J’avais été prudent avec le phénomène Asaf Avidan lors de l’énorme buzz avec son premier album solo, dans lequel je suis tombé « après la bataille »: une voix, une passion, une créativité musicale qui m’ont séduit.
J’ai mis plus de temps avec « Gold Shadow » avant de l’apprivoiser.
Avec « The Study On Falling » je n’ai eu que 3 jours avant de le voir sur scène. J’ai écouté plusieurs fois l’album et… rien. Je n’ai vraiment pas adhéré, à part un titre ou deux, sans que cela me fasse l’effet « Different Pulses ». Je suis donc arrivé à l’Aéronef ne me disant que sur scène, de toutes façons se serait mieux.

Mais hélas… c’était le grand écart. Sur les titres des anciens albums, voire même époque « Mojos », rien à redire, c’est du grand art – mention spéciale à un « Bang Bang » psychédélique et habité, ou un « Different Pulses » revisité avec brio – mais pour ce qui est de ce qui est issu de « The Study On Falling »… je m’ennuie. On sent que l’accent est mis sur les textes plus que sur la recherche de sons, et honnêtement, je ne suis pas la cible marketing des déboires polyamoureux/SM du bonhomme.
Je retiendrai « Sweet Babylon », un titre avec une mélodie qui reste en tête, où Asaf, certes n’invente rien, mais démontre son talent de songwriter et surtout de performer.

Le concert a duré deux petites heures, avec, pour moi, des (très) hauts et des bas.

Vivement un prochain album, je passe pour celui-ci, mais je ne déclare pas forfait: Asaf Avidan est un artiste hors du commun, sa voix, androgyne et touchant la grâce lorsqu’elle se fait teigneuse, est à découvrir sur scène avant tout.

Désolé pour le manque de variété des photos, les consignes m’ont rendu assez statique, et les musiciens dans le fond, dans l’ombre, ça n’a pas aidé…

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *