Daby Touré @ Wattrelos 21 novembre 2012

Daby est de retour ! Après l’avoir découvert en première partie de Peter Gabriel en 2004, ou il avait mis Bercy debout en 10 minutes, nous avions eu la chance de le voir à deux reprises dans le Nord, mais plus rien depuis 2007. Il a sorti cette année un nouvel album, un peu différent: il n’est plus chez Real World et a été produit par Maxime Le Forestier: certains titres sont en français, il y a un duo avec Oxmo Puccino, et toujours le savoir-faire inimitable de Daby, un sens de la mélodie qui fait mouche, sa guitare et surtout, sa voix. Il est donc ce soir à la Boîte à Musique.

Premier concert pour moi à la Boîte à Musique: une petite salle très sympa dans la banlieue de Roubaix, un bloc de béton high tech, une ambiance très agréable mais…hélas… pas grand monde dans la salle lorsque Daby entre sur scène : une trentaine de personnes seulement. Daby commence seul sur scène avec sa guitare…. quelques arpèges joyeux, et il chante « Banta »… ça fait toujours son effet. Peu de chanteurs savent transmettre leur joie communicative en 15 secondes. Deuxième titre en solo « Bibou » issu du même album. On aura l’occasion de le revérifier sur chaque titre, mais Daby réorchestre complètement chacun de ses morceaux en live, jusqu’à les rendre méconnaissables. « Bibou » avait un rythme enlevé et le voilà transformé en ballade.

Ses musiciens – qu’il présente comme ses frères – le rejoignent pour la suite: Jérémie Coke à la basse, avec qui nous l’avions déjà vu en 2007, et Salvador Douezy à la batterie, que nous avions déjà vu en 2005. Et c’est reparti avec « This is The Time » issu du dernier album, dans une version très différente. Daby se donne à 200%, et le public, bien que peu nombreux, apprécie. On repars en arrière avec « Hassina » de son premier album, très différente d’à l’époque, pas meilleure, ni moins bien, juste différente.
Les musiciens s’éclatent sur scène, les sourires complices son bel et bien là. Daby nous taquine volontiers sur notre participation, mais c’est bon enfant, on est bien, tout simplement; le bon côté du fait de n’être qu’une trentaine, c’est que c’est beaucoup plus intimiste.

Il enchaine « Mansa » et « Yewende », avec un riff de basse absolument génial avant de transformer « Hamadi ». Daby s’amuse avec les boucles d’effet, enregistrant un rythme martelé sur la caisse de sa guitare, avant d’ajouter une suite d’accord, pour ensuite jouer au dessus de tout ça. J’ai eu le sentiment d’une parfaite maîtrise de tout ça, comparé à 2007.

« Kebaluso » ensuite, dans une version plus lente que l’original, mais tout aussi magnifique, ce titre étant un de mes favoris de Daby, j’ai adoré cette version. « Yaw » par contre est survitaminé, des riffs presque rock, la guitare electro-acoustique de Daby sature, c’est génial.

Vient ensuite le « tube » de Daby Touré : « Mi Wawa » avec contribution du public de rigueur. Ca a été laborieux, mais on y est arrivés, ça rendait bien au final. Un bon moment. Il continue avec les meilleurs titres de son premier album avec « Iris » avant de revenir à son dernier album sur « Angel », plus calme.
Comme il l’a dit lui même « on va faire simple, on va pas repartir derrière pour revenir, on va faire directement le rappel, c’est OK ? ». C’est ça Daby Touré : un gars simple et heureux de jouer sa musique.
En guise de rappel nous aurons droit à « Mariko » un des meilleurs titres de « Lang(u)ages » puis une sorte d’impro/medley ou on retrouvera « Get up, Stand Up »…

Le soirée à passé à toute vitesse. Nous étions peu à être présents à la Boîte à Musiques ce soir, et on se sent un peu comme des privilégiés: Daby nous à livré un concert sans demi-mesure, se donnant à fond avec ses musiciens. Et en plus ils sont supers sympas, échangeant volontiers quelques mots avec le public après le concert. Vivement la prochaine fois !

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *