Delgrès est de retour dans le Nord, après le Grand Mix en novembre 2021, c’est cette fois au Théâtre Charcot de Marcq-en-Baroeul. Deux salles, deux ambiances… a priori oui, mais avec Delgrès, on ne reste pas assis sagement.

Le Théâtre Charcot est une très belle salle avec des lumières excellentes, mais c’est en configuration assise, avec une large zone vide entre la scène et les gradins. Donc le choix de la salle me paraît un peu curieux pour Delgrés, qui sont quand même assez rock. Mais n’allons pas trop vite, il y a une première partie.

Il s’agit de Manopolo, un duo piano / voix d’Amiens. Ils sont très jeunes et jouent un blues soul très sombre, avec la voix de la chanteuse Manoah qui est tout en bas du spectre, plaintive, plaintissime même. C’est déstabilisant, elle exploite le grain de sa voix, ne nous offrant que ponctuellement quelques montées en voix de tête, qu’elle a très jolie. Paul, au clavier et parfois au saxophone, distille quelques ambiance lentes. C’est de la soul, mais très bluesy. Ils ont un univers bien à eux, mais j’ai trouvé ça très triste pour une première partie. C’est mon ressenti du moins.

Puis c’est au tour de Delgrès. Il s’agit toujours de la tournée 4.00 ed maten, et même si ils ont sortis deux singles depuis, enregistrés en Louisiane, il ne faut pas s’attendre à un nouveau spectacle. Pascal, Baptiste et Rafgee trianglent la scène dans la lumière rouge saturée sur « Aleas ».
Et là il s’est produit quelque chose de très étrange : j’ai écouté Delgrès abondamment, jusqu’à la limite de m’en lasser, et je n’ai pas écouté depuis un moment. En 20 secondes de concert je suis replongé dans la magie Delgrès, et pourquoi ce groupe me plait autant. L’énergie de Baptiste, la simplicité et la sincérité de Pascal, et le soubassophone de Rafgee qui remue les tripes en live. Et des morceaux qui subliment le genre du blues, en le renouvelant à la sauce créole, avec ce qu’il faut de riffs, et même de slide.
En deux mots, on se sent chez soi.

Le fameux espace vide entre la scène et les gradins est colonisé dès le début du morceau. Au début par des femmes rock’n punk qui détonnent au milieu du public bien sage de Marcq, et qui on donné l’exemple, vite rejointe par des jeunes, des moins jeunes, des danseurs et des danseuses, des gens qui assument de vivre un concert comme ils l’entendent. Comme le dira Pascal plus loin dans le concert, de nos jours, c’est important de se retrouver dans es salles de concerts, c’est presque un acte militant.

Pour entrer plus en détail dans la setlist, je vous invite à retourner sur le compte rendu du concert au Grand Mix.

« Ke Aw » est toujours aussi émouvant, et il est intéressant de noter que quelle que soit la période ou ils le jouent, ce morceau est toujours tristement dans l’actualité, aujourd’hui on découvrait des enregistrements des secours français laissant se noyer 27 réfugiés au large de Calais en novembre 2021, avec une nonchalance administrative teintée de xénophobie tout à fait abjecte.
« La Penn », chanson tragique sur le thème de l’esclavage, avec un groove imparable de Rafgee et Baptiste, me mets les larmes aux yeux comme à chaque fois.

Ce soir, c’est un concert particulier pour le groupe. En effet à l’issue de « Vivre sur la route » Baptiste lance une bande son qui surprend Pascal… tout comme le gâteau d’anniversaire qui est amené sur scène par leur équipe. En effet, le fringant grand-père « qui fait le con sur scène » fête ses 59 ans ce soir. C’était un très beau moment de partage avec le public.

Le concert reprend, jusqu’au dernier morceau « L’école » qui déborde d’énergie, avec son riff qui donne envie d’apprendre à le jouer. C’est terrible comme dernier morceau parce qu’il donne tellement envie qu’il y en ait plus. Ils reviennent bien vite pour des rappels, que Pascal veut calme « 59 balais, tout ça, tranquille ! ». Et c’est partie avec le très johnleehookeresque « Lamne La ». Jouissif.
Heureusement qu’on retourne au calme après avec… ah non, c’est un medley « Whole Lotta Love » version créole.
On ressort du concert avec une énergie nouvelle, merci pour la force que vous transmettez messieurs.

Delgrès, quand est-ce que vous sortez un live ? Et un nouvel album ? Et faut revenir dans le coin.

 

 

 

Delgrès à Marcq-en-Baroeul : la setlist

Aleas
4 ed maten
Mo Jodi
Respecte Nou
Lese mwen ale
Ke aw
La penn
Assez assez
Se mo la
À la fin
Vivre sur la route
Happy Birthday Pascal
Lundi mardi mercredi
Mr President
L’école
Encore:
Just Vote for Me
Lanme La

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.