Emilie Simon @ Lille 17 mai 2006

J’arrive devant les portes à 18h30, juste devant parce que Leslie y était depuis 17H. Il y a déjà beaucoup de monde. Pas mal d’ambiance alcool & pétards, ca commence mal…

Après plus d’une heure d’attente, bousculade très « marche ou crève » pour entrer. On passe et on entre dans la salle. On se met contre la barrière devant les enceintes à droite de la scène. Les gens entrent et déjà les bonnes odeurs de clope nous assaillent. C’est vraiment mal barré.
On demande à un gars de la sécurité si on a droit aux photos sans flash, et il nous répond que oui, du moment que c’est sans flash. Il revient quelques secondes après avoir parlé avec un gars du staff d’Emilie Simon: non pas de photos du tout. Ca continue…
Autant le dire, au début du concert je m’attendais à voir un concert pitoyable. La première partie commence. C’est Medi, l’ex guitariste d’Emilie. 40 minutes de morceaux guitare / voix, j’ai eu l’impression d’entendre 10 fois la même chanson. Seuls quelques petits passages d’harmonica me sortent de l’ennui.

Il s’éclipse, après avoir attendu encore une demi heure, les musiciens entrent sur scène, mais sans Emilie. Cyrille Brissot, le gars qui bricole tout les instruments bizarres, lance un tempo, ca commence à se réveiller, et Emilie apparaît enfin. Elle est superbe, dans une petite robe noire, des chaussures à talons et des sortes de bas noirs jusqu’aux genoux. Elle danse, disons, à sa façon, et ça débute par Dame de Lotus. Le son est catastrophique, on entend que la guitare sursaturée. Ca se s’améliore pas sur Fleur de Saison. Je me disais que le groupe sans le guitariste serait parfait.
Pendant ce temps les vigiles devant nous passaient leur temps à regarder qui prenait des photos et allaient les choper même au milieu de la salle. Chaleureux.

Bon, je vous jure que c’était génial comme concert mais jusqu’ici y’a pas vraiment d’arguments pour le justifier.

In The Lake : ça y est le guitariste se calme. Emilie s’assied au piano juste devant nous, et chaque musicien y va se son instrument bizarre pour mettre l’atmosphère de la chanson. Le percussionniste fait tourner des bouts de cordes musicales genre crécelle en plus aérien, le guitariste souffle dans une sorte de flûte avec des touches de piano et Emilie joue de la petite flûte style collégienne, c’est assez marrant.
Enchaînement sur un des meilleurs morceaux du concert: Sweet Blossom. L’occasion de parler du violoncelliste, très doué. Il joue quasiment tout le temps, soit en faisant des sons bizarres, soit en pizzicato, soit traditionnel en faisant pleurer son violoncelle. Encore une fois dommage qu’il soit éclipsé derrière la guitare sur les morceaux plus punchy. Emilie est à fond dedans, on voit qu’elle prend plaisir à chanter. Premier « eye contact » sur ce morceau : j’embrassais Leslie alors qu’Emilie arrivait de notre côté, et elle nous regarde avec un superbe sourire tout en chantant et en s’approchant vers nous. C’était marrant.
Elle joue beaucoup de titres de Végétal, en fait elle a peut être tout joué, il faudrait que je vérifie. Superbe interprétation de Swimming, avec une intro assez détendue pour le groupe avec le percussionniste qui s’amusait a éclabousser Emilie et le guitariste. Le morceau est joué à la perfection, la version live est largement supérieure à la version studio.
Enchaînement sur Opium, avec Emilie qui retourne au piano, et le percussionniste à l’autre bout. Parlons en de ce percussionniste : là ou Emilie incarne la réserve, voire la timidité, lui en fait des tonnes. Peut être avait-il envie de s’accoupler avec le piano, peut être est-il simplement très sensible à la musique, mais le voir faire des grands gestes plus qu’exagérés sur des chansons calmes, c’est assez comique. Enérvant aussi parce qu’il pique la vedette à Emilie.

Vient ensuite LE moment fort pour moi : le Vieil Amant. Parfait. Je n’ai même plus envie d’écouter la version studio après avoir vu Emilie se donner à fond en live. L’émotion qu’elle a mis dans sa voix, sa douceur, son phrasé, tout était parfait et j’ai eu les larmes aux yeux (et je n’étais pas le seul). Le final avec la mélodie reprise par le violoncelliste en duo avec le piano d’Emilie étant la cerise sur le gâteau. Bien sur il fallait ignorer la gestuelle du percussionniste qui faisait le singe entre eux deux, mais pas son jeu : il est virtuose, il fait des rythmes en tapant sur n’importe quoi. En un mot pour le Vieil Amant : Magistral.
Après des applaudissements interminables, Cyrille Brissot commence à jouer avec des glaçons dans un verre, et on devine la suite: dès les premières notes de Ice Girl, le public fait savoir qu’il a adoré la Marche de l’Empereur. La encore très belle interprétation, soit le guitariste a pensé à régler le volume, soit je m’y suis fait mais ça passe.

Gros moment d’émotion et de nostalgie sur All Is White, ou là encore on voit qu’Emilie se donne à fond. Très belle incursion dans son deuxième album, mais aussi très courte !
Le morceau suivant débute par quelques notes jouées à la guitare par Emilie, et elle entonne « So messed up, I want you near… ». En effet c’est I Wanna Be Your Dog, dans une version assez surprenante : le premier couplet est chanté très doucement, juste guitare / voix, mais à partir du refrain, c’est la folie : le groupe la rejoint, le rythme explose, les guitares saturent (mais la ça colle à la chanson), Emilie se lâche : très bon moment, enchaîné dans la même veine avec Song of The Storm.
Retour sur Végétal avec « Never Fall In Love » : j’aimais pas cette chanson sur l’album, mais en Live c’est autres chose, et ça a aussi été l’occasion d’un second « eye contact » : Emilie arrivait de mon côté et je chantais les paroles, sauf qu’au moment ou elle me regarde, je me plante, ce qu’elle a du voir sur mes lèvres vu qu’elle m’a adressé un grand sourire juste à ce moment. C’est assez ridicule comme situation, mais quand Emilie Simon vous regarde dans les yeux, ca passe !

Désert : il n’y en avait pas eu beaucoup du premier album, et il fallait celle là : superbe moment avec toute la salle qui chante en même temps. Emilie est d’ailleurs assez émue à la fin, elle est restée accrochée à son micro en regardant la salle c’était beau.
Une impression de tristesse et de final se dégage de « En Cendres », et vu la setlist par terre devant nous, c’était bien le dernier morceau prévu. Je l’adorais déjà sur l’album, c’est aussi bon en live.
Tonerre d’applaudissements du Splendid plein à craquer.
Emilie revient pour s’asseoir au piano, et ils entament « My Old Friend ». J’ai pas été emballé par ce morceau, surtout en tant que rappel, mais c’était déjà pas mal.

Nouveau rappel, et bonne surprise elle revient ! Et en plus pour Graines d’Etoile, ma préférée du premier album! Excellente version, crescendo magnifique, mais il manque la voix masculine. Différent de la version studio donc, très bien aussi mais différent. C’est sur ce morceau que j’ai eu droit à mon dernier « eye contact ». Elle arrivait vers moi, et cette fois je connaissais mieux les paroles: elle a changé un peu le phrasé par rapport à la version studio, et a attendu un peu plus que d’habitude sur la phrase « des graines d’étoile….au bal » mais je ne me suis pas fait avoir et j’ai chanté « au bal » en même temps qu’elle, ce qui m’a encore valu un beau sourire.

Salut de nouveau, et ils repartent en coulisses. Les lumières ne sont pas rallumées dans la salle donc on peut espérer un autre rappel…et elle revient avec Medi !
On a l’impression qu’elle est plus à l’aise qu’avec son groupe : ils jouent « Flowers » dans une version assez spéciale guitare saturée / voix : Emilie joue la gamine, le public est enthousiaste : encore un très bon moment.

Cette fois ils repartent en coulisses, et on a bien l’impression que c’est terminé. Mais le public Lillois ne se laisse pas faire: et Emilie revient encore une fois ! Elle est seule cette fois et s’assied au piano, et ô miracle, dit autre chose que « Merci ». Elle va nous jouer une reprise qu’elle aime beaucoup « Come As You Are » de Nirvana. Très belle reprise, bien mieux que l’original d’ailleurs. Tonnerre d’applaudissements, et Emilie s’éclipse après nous avoir dit « A bientôt »…quand tu veux Emilie !

Malgré des défauts autour du concert (fumées, pas de photos, très chaud), ce fut une excellente soirée, et une très bonne surprise de voir Emilie Simon au meilleur de sa forme, un chant parfait, des musiciens très doués, une ambiance générale excellente, le public Lillois a été fidèle à sa réputation. Vivement cet été qu’on remette ça à Etaples !

Merci à Pirlouiiiit de Liveinmarseille.com pour ses superbes photos prises au concert d’Emilie Simon à Marseille le 26 mai 2006

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *