C’est reparti ! Enfin ! L’aéronef rouvre ses portes, en mode scène centrale, chaises autour, distanciation et nuée de masques… mais c’est reparti ! Et pour l’occasion, pourquoi pas un duo d’électro / marimba ? Oui tout arrive.

L’attente fut (trop) longue mais le peuple a enfin le droit de se divertir autrement qu’en prenant le métro pour aller travailler. Et le public est revenu ce soir à l’Aéronef qui s’est adapté de fort belle manière à la situation sanitaire. Ce n’est ni la grande scène, ni la scène club que les artistes investissent ce soir, mais une scène centrale, surelevée d’une petite quinzaine de centimètres. Et autour, des chaises agencées en estrade. C’est sur ça change, mais c’est mieux que pas de concert du tout, et ça a son charme. Mine de rien, ne plus lever la tête pour voir l’artiste, ca change tout de suite le rapport qu’on a avec la musique jouée devant nous : c’est beaucoup plus intimiste. Je ne dis pas que ca fonctionne sur tous les concerts, mais ce soir oui.

Chamberlain

En première partie il s’agit de Chamberlain, pseudonyme de Mathieu Harlaut qui est un pianiste… disons de formation jazz mais son truc c’est l’électro. Si ça se trouve c’est totalement faux mais c’est ce que j’ai ressenti en l’écoutant.
Assis à son piano droit, il sample celui ci, s’accompagne de boucles, d’un clavier, joue par dessus… il tisse des toiles qui font voyager, certaines me touchent plus que d’autres, notamment Broadcast.

Chloé & Vassilena Serafimova

Puis c’est au tour de Chloé & Vassilena Serafimova d’entrer sur scène. La première est une DJ et compositrice française à la carrière bien remplie, la seconde est une percussionniste et marimbiste bulgare, diplomée de Juillard, résidente du Carnegie Hall. Plutôt habituée au jazz ou au classique, elle s’aventure dans l’électro avec Chloé et… wow.

J’avais été séduit par la vidéo de présentation sur le site de l’Aéronef… et qui ne le serait pas : un live sans public dans la zone d’enregistrement des bagages d’Orly, de nuit, vide. Le contraste des atmosphères électroniques de Chloé et le marimba organique de Vassilena, le son, l’espace et tout simplement, la musique. Un film réalisé par sourdoreille à voir de toute urgence ici

Le set commence avec Vassilena qui joue d’un instrument dont le nom m’échappe, comme un gamelan indonésien mais accordé. Un début tout en douceur, en ambiance. Puis avant le second morceau, tout naturellement elle déroule du scotch et en plaque sur des parties de son marimba pour en étouffer les sons. Et à partir de là c’est un spectacle de virtuosité qu’elle nous offre, prenant ponctuellement le micro pour réciter une texte savamment trituré par Chloé et ses machines. Vassilena joue aussi du handpan, et les deux comparses vont même jusqu’à progressivement echanger leurs places sur la fin du concert, Chloé au handpan et Vassilena aux machines.

La complémentarité des deux musiciennes est sans faille, et leur set est impeccable. Certains morceaux sont plus rythmés, Chloé augmentant les BPM et Vassilena qui suit sans rater une note, le public ne s’y trompe pas et manifeste son enthousiasme pendant les morceaux, entre les morceaux, et avec une standing ovation bien méritée à la fin de leur set. On en aurait bien voulu plus mais… couvre feu.

Et si en fin de compte, l’Aéronef était l’endroit le plus essentiel de Lille ?

 

1 commentaire(s)
  1. Bravo pour ton travail contente de voir que tu as pu recommencer à exercer une de tes passions :3 j’espère que tu vas bien et est heureux

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.