Dropkick Murphys + The Interrupters + The Creepshow @ Lille 23 juin 2019

Fin de saison en beauté à l’Aéronef avec les très attendus Dropkick Murphys, la soirée affichait complet peu après la mise en vente. Sans oublier The Creepshow, et ma découverte de la soirée, The Interrupters.

Ambiance estivale à l’Aéronef, la chaleur et le thème irlandais avec les Dropkick Murphys aidant, la bière coule a flots, même si tous la la supportent pas comme des irlandais. Outre les Murphys, 2 autres groupes se produisent sur scène ce soir. Tout d’abord The Creepshow, sur le papier un groupe qui pourrait bien me plaire: psychobilly canadien. Ensuite, du ska-punk californien avec The Interrupters, à priori pas ma came, le punk et moi ça fait douze.
Et enfin les Dropkick Murphys: c’est irlandais donc j’en espère beaucouop, bien que la dominante punk semble bien présente. Mais, allez, il faut être curieux.

C’est parti pour The Creepshow. Tout d’abord scéniquement c’est excellent, la chanteuse-guitariste Kenda Lesgaspi est magnétique, sexy sans en faire des caisses, dans une tenue casual toute simple. Au niveau du chant je ne suis pas très client, ça braille trop, mais niveau ambiance The Creepshow fait carrément bien le job.
Sur la gauche de la scène, dans un pur style psychobilly, l’imposant Sean McNab est à l’immanquable contrebasse. De l’autre côté, à la guitare plus métal que twang , c’est Daniel Flamm. Et en fond de scène, c’est Kristian  » The Reverend  » Rowles aux claviers et Sandro Sanchioni à la batterie.

The Creephsow à Lille : la setlist

Death at my door
Demon Lover
Run For Your Life
Hellbound
Zombies Ate Her Brain
Grave Diggers
Born to Lose
See You in Hell
Rue Morgue Radio

 

Changement de plateau et c’est parti pour The Interrupters. D’entrée on sent le truc rodé, classe: trois frères, qui se sont bien entendus sur la complémentarité de leur carrière musicale: Kevin, Justin et Jesse Bivona sont respectivement guitariste, bassiste et batteur. Look  décalé en costumes noirs et chaussettes rouges. Et au milieu de cette fratrie, délicieux mélange de look punk et retro, c’est Aimee Allen, la chanteuse du groupe.
Elle est extrêmement proche du public, passe son temps sur les crash barrières à serrer des mains ou faire des check. Elle est aussi extrêmement douée et elle a une voix incroyable, un grain lorsqu’elle force, bref, je suis amoureux. En fin de compte, leur ska-punk est assez pop et s’écoute sans forcer, très insouciant, très adolescent, très estival, et très efficace.
La belle découverte de ces derniers mois.

The interrupters à Lille : la setlist

A Friend Like Me
By My Side
Take Back the Power
She Got Arrested
Title Holder
Gave You Everything
inconnu
On a Turntable
She’s Kerosene
Family

 

Et c’est au tour de la tête d’affiche, les Dropkick Murphys. Les cohortes de fans en kilt les attendent de pied ferme. Mandoline, accordeon, banjo, tin whistle, mais aussi guitare électrique, basse et batterie, plus les deux chanteurs en front de scène qui haranguent la fosse: pas de doutes, les précuseurs du punk-rock celtique sont là.
J’aime bien la musique celtique, mais là, trop punk pour moi…

 

The Dropkick Murphys à Lille : la setlist

Cadence to Arms
The Boys Are Back
Going Out in Style
Blood
The Fighting 69th
The Gang’s All Here
The Walking Dead
Jimmy Collins’ Wake
The State of Massachusetts
Sunshine Highway
Caught in a Jar
I Fought the Law
Paying My Way
Surrender
Johnny, I Hardly Knew Ya
The Fields of Athenry
Famous for Nothing
Take ‘Em Down
You’ll Never Walk Alone
The Dirty Glass (avec Kenda Lesgaspi)
First Class Loser
Out of Our Heads
Rose Tattoo

Rappels :
Worker’s Song
I’m Shipping Up to Boston
Until the Next Time

Et vous ? Vous en pensez quoi ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.